mercredi 9 janvier 2008

Un camp de concentration pour les Tsiganes


Le camp de concentration de Tsiganes de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire, France), dans le sens premier du terme « concentration » qui était celui employé pendant la Seconde Guerre mondiale, fut ouvert le 8 novembre 1941, conséquence directe du décret signé le 6 avril 1940 par Albert Lebrun, dernier président de la 3ème République. Il était destiné à rassembler tous «individus sans domicile fixe, nomades et forains, ayant le type romani», Manouches, Gitans, Roms, Sintés. Ces Tsiganes, par familles entières, venaient d’une multitude de petits camps ouverts en France dès 1940.

Ce 8 novembre 1941, ils étaient 250, transférés du camp de la Morellerie (commune d’Avrillé-les-Ponceaux en Indre-et-Loire). Le 2 décembre, en arrivaient 213 nouveaux interceptés dans les trois départements de la Bretagne de l’Ouest. Pour ne citer que les entrées les plus importantes : 756 du camp de Mulsanne (Sarthe) le 3 août 1942, dont quelque 80 clochards raflés à Nantes ; 56 du camp de Rennes, le 5 août ; 304 du camp de Poitiers (Vienne), le 27 décembre 1943. L’effectif maximum fut atteint en août 1942 avec 1096 internés.

Le camp comportait deux parties distinctes : des baraques en planches sur pilotis pour le logement des internés ; des bâtiments en maçonnerie pour les cuisines, le réfectoire, les écoles, la chapelle, etc., et pour loger des internés à partir d’août 1942. Il y faisait très chaud l’été et très froid l’hiver, l’ensemble étant construit sur une plaine exposée dénuée de toute végétation. Seules les écoles et la chapelle étaient régulièrement chauffées. La prison était un abri souterrain, cave d’une ferme qui avait brûlé au début du siècle. Les internés n’exerçaient aucune activité en dehors de corvées pour aider aux cuisines, pour quelques femmes, ou pour aller couper du bois, pour des hommes.

Jusqu’en janvier 1943, les nomades furent gardés exclusivement par des gendarmes français ; ensuite par des gendarmes et des jeunes gens de la région qui échappaient ainsi à la « Relève forcée » puis au STO (Service du Travail Obligatoire) en Allemagne. En juin et juillet 1944, le camp fut sévèrement bombardé par les alliés qui avaient sans doute appris qu’un atelier de confection de filets de camouflage pour l’ennemi avait fonctionné dans des baraquements. De nombreux internés furent victimes des difficiles conditions de vie à l’intérieur du camp qu’aggravaient une nourriture toujours insuffisante et de peu de valeur énergétique ainsi qu’une hygiène déplorable. Principalement les personnes âgés et, en 1944 les nouveaux-nés que ne pouvaient suffisamment nourrir des mères elles-mêmes sous-alimentées. Les bombardements alliés noircirent encore le tableau. Si, pour les Angevins, la Libération intervint fin août 1944, il n’en fut pas de même pour les Tsiganes qui ne quittèrent Montreuil[1] que le 16 janvier 1945… pour être expédiés sans autre forme de procès dans d’autres camps : celui de Jargeau (Loiret) et d’Angoulême (Charente) où certains restèrent jusqu’en juin... 1946 !Quelque 3 à 4.000 Tsiganes séjournèrent ou transitèrent par le camp de Montreuil-Bellay considéré comme ayant été le plus important de France pour cette population nomade. Enfin, le 22 octobre 1946, toutes les installations, sauf la prison, furent vendues aux enchères par les Domaines et démontées. Restaient les ruines impressionnantes des marches et des fondations des bâtiments en maçonnerie, les colonnes du poste de garde devant l’ancienne entrée, et un bâtiment complet. Le terrain appartenait et appartient toujours à un pharmacien du bourg. Il sert depuis plus d’un demi-siècle de pacage pour des animaux qui piétinent les ruines envahies par les herbes.Le camp est tombé complètement dans l’oubli, aussi bien pour la population que pour les historiens qui ne se sont jamais intéressés à ces camps créés et administrés par les autorités françaises, jusqu’à ce que Jacques Sigot, instituteur et historien local publie un premier ouvrage en 1983. Avec Jean-Louis Bauer, un ancien interné, il réussit à faire accepter une stèle sur le site, stèle dont il dut assumer le financement avec des amis. Chaque année, depuis 1990, le dernier samedi d’avril, a lieu sur le site une cérémonie nationale officielle en hommage aux Tsiganes victimes de la Seconde Guerre mondiale.

Depuis plus de 20 années, Jacques Sigot se bat dans l’indifférence quasi générale pour essayer de sauver ce lieu de mémoire. Dernièrement, des ruines ont disparu sous le faux prétexte de la création d’un rond-point routier ou de l’élargissement d’une route qui ne les condamnaient pas, et en particulier le seul bâtiment subsistant et les colonnes du poste du garde. En 2004, un nouveau projet de rond-point demandait la suppression de la prison souterraine, le seul vestige intact. Une partie du site pourrait être sauvée et revalorisée : le quadrilatère compris entres les routes Panreux/Méron, Loudun/Montreuil, les pointillés et la voie ferrée Poitiers/Angers, soit environ 1, 5 hectare. Aujourd’hui, au-delà de la stèle érigée en 1988 près de la prison, un véritable devoir de mémoire s’engage pour sauver et protéger ce site, même s’il rappelle des événements peu glorieux. L’association entend faire de ce lieu un enjeu mémoriel pour les générations à venir.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

pas mal ce blog a voir absolument.

Fille du Vent a dit…

Merci pour cette histoire sauvée de l'oubli...

Jacques a dit…

Merci de nous aider à sauver la mémoire de ces évènements que l'on veut trop oublier.

Anonyme a dit…

merci. je voudrais savoir si sa serai possible d'aoir la liste des gens du voyage qui sont ete ou passée pas la. merci si vous pouvez me repondre.

Anonyme a dit…

je voudrai savoir si vs pourie maider a avoir des info sur ma famille qui ete dans se camp cetai la famille michelet mon pere avai a ctte epoque 11 ans merci de me repondre je cherche egalement des photo de cette famille leman lefleur qui ete aussi de ma famimme merci par avence de votre gentillesse

Anonyme a dit…

Bonjour,sa serait bien de mettre tous les document de chaque famille qui on été interner pour tous ce qui ne peuvent pas se deplacer dans les archives...

Célina Leman a dit…

Ma grand-mère est une michelet,elle c'est marier as mon grand père qui est malheureusement plus de ce monde c'est un steinbach je porte le nom leman car ma mère en est une . J'ai de la famille visse , michelet ,leman, steinbach, rosier et j'en oublie sans doute. Voilà j'espère t'avoir aidais ! Dieux te bénisse toi et ta famille .